Sauvetage de victimes en masse - conseil et formation en aviation, urgence, gestion de crise

Air Safety Security Services

Air Safety Security Services

Sauvetage de victimes en masse

 Sauvetage de victimes en masse

 

 

Le sauvetage de victimes en masse est une opération qui demande de la maîtrise. L'idéal est de recourir à des techniques simples. La fiche de patient est LE moyen!

 

La fiche de patient, de quelque type que ce soit, comporte une numérotation. C'est avec les numéros que les victimes sont identifiées. On délaisse l'identification nominative pour des raisons d'efficacité. Cette identification ne se fait qu'une fois le patient pris en charge, stabilisé, soigné, hospitalisé. 

 

A l'origine, la fiche de patient METTAG, citée par les texte de l'OACI, a prévalu. Sa qualité première était d'être internationale, sans écriture et donc compréhensible par tous. Sa simplicité permet d'être utilisée par tous, sapeur pompiers, ambulanciers, médecins, policiers.

 

Elle a montré cependant quelques inconvénients dont:

 

• irréversibilité du triage. Un patient déclaré "rouge" perd de ce fait les talons vert et jaune et de ce fait ne peut plus re-devenir jaune.

• visibilité de la couleur de triage faible

• limitation d'utilisation de la fiche, c'est à dire possibilités trop limitées d'écrire les détails de la victime

• impossibilité de contenir des détails de la victime (papier d'identité, bijoux, etc.)

• attache par des brins trop courts.

 

 

La fiche METTAG

 

 

La fiche Cruciforme

 

 

La fiche Cruciforme est une évolution de la METTAG. En fait si elle reprend la simplicité d'emploi de la METTAG, elle comporte quelques caractéristiques importantes et notables la rendant utilisable par tous: sapeurs pompiers, ambulanciers, médecins, policiers, employés de compagnie aérienne, personnel hospitalier et médecins.

 

• code de couleur multifonction réversible.

• panneau utilisable pour les ambulanciers et sauveteurs de la première heure.

• fiche d'idientité à la disposition de la police.

• sachet plastique permettant d'y contenir les papiers d'identité, bijoux, médicaments, détails de la         

   victime. Protection de la fiche contre les intempéries, les agents chimiques.

• élastique très large permettant de nombreuses solutions d'attaches.

• panneaux permettant un suivi hospitalier.

• bracelets numérotés.

• étiquettes autocollantes permettant de rattacher les objets à la victime.

 

De surcroît cette fiche offre la possibilité d'être utilisée dans les cas d'accidents chimiques, radiologiques et pandémiques.

Signalisation de personnes contaminée avant et après décontamination.

L'identification d'une victime décédée se divise en: décès relevé et décès confirmé par le médecin légiste.

 

 

 

 

Pour une demande relative à cette fiche de patient Cruciform©, cliquez ici!

 


Explications sur le circuit de l'identification des victimes

 

Ce système qui est invariablement utilisé normalement dans les cas d'accident avec victimes en masse devrait être connu de tous: pompiers, poliicers, douaniers, agents de sûreté, journalistes, médecins, hôpitaux, ambulanciers, etc.

 

 

 

Divers concepts de secours à victime en masse se confrontent. Nous voulons ici seulement indiquer que le circuit d'identification des victimes passe d'abord par le secours sur place qui traitera les patients par le numéro d'identification de la victime (figurant sur la fiche).

 

Ce numéro qui passe ensuite par les mains du médecin trieur et les organismes de transport sur les hôpitaux ou par la médecine légale, doit être rapidement acheminé au centre de regroupement des information.  Ce centre traite directement avec l'identité judiciaire/ police ou gendarmerie, la compagnie aérienne, de transport, les autorités.

Lorsque c'est matériellement possible, on va faire correspondre le nom du patient au numéro de la fiche qu'il porte, à la sortie du PMA (Poste Médical Avancé), à l'hôpital ou à la morgue.

Ces informations, associées à l'emplacement "final" de la victime, sont également fournies aux familles et proches.

Dans le cas du décès de la victime, le centre de regroupement va collationner les informations sur la personne (radios rayons X, détails de la personne, tatouages, bijoux, détails dentaires, échantillon d'ADN) et les fournir aux médecins légistes afin d'identifier le plus vite possible les personnes.

 

Il convient de rappeler ici que la fiche Cruciform© met à disposition des étiquettes autocollantes numérotées qui facilitent la mise en ordre des dossiers et des pièces.

 

Un retard dans le fonctionnement de ce circuit a pour conséquence de péréniser la confusion que l'on peut connaître quand les personnels ne savent pas comment fonctionne le système.

 


 

 

 



29/05/2012

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 598 autres membres